Messagerie 2 : où sont mes mails ?

Messagerie 2 : où sont mes mails ?

Après où est Charlie, où sont mes mails ! À l’heure de la synchronisation entre les différents appareils, nos mails se baladent et on ne sait pas toujours comment les retrouver. Ne t’es-t-il jamais arrivé de ne pas retrouver un mail déjà lu ? Ou de te demander si tu as choisi la bonne option pour consulter tes messages ? Par ici la sortie !

vs

Webmail et Client mail

Il existe deux manières principales de consulter ses mails.

Client mail

Sur un logiciel ou une application installée. De la même façon qu’une application client web (= navigateur) est une application qui reçoit des pages web, un client mail (MUA) est une application qui reçoit des mails. Ils sont aussi appelés clients lourds.
Quelques exemples : Windows live mail, Lotus, Thunderbird, Mail de mac, Entourage… Ce logiciel sera choisi en fonction de son prix, de ses fonctionnalités mails et des services connexes.

Webmail

Le webmail est une interface web rendant possible l’utilisation des mails directement sur le Web depuis un navigateur. Cette interface dépend du compte chez qui le mail est ouvert. Ainsi par exemple le propriétaire d’une adresse sfr peut consulter sa messagerie sur SFR mail. Le propriétaire d’une adresse gmail peut consulter sa messagerie sur le site de Gmail.
> Pour t’exercer : ouvre Gmail et windows live mail

Comparaison

On peut consulter donc ses mails de l’une de ces deux façons ou des deux selon le besoin. Les deux solutions ont leurs avantages et inconvénients.
La solution logicielle est uniquement valable sont sa machine personnelle. Elle demande une configuration de départ plus ou moins simple selon le logiciel choisi. Le logiciel téléchargera depuis le serveur tes mails automatiquement dès qu’il y aura connexion à internet. Mais à défaut de connexion, les mails déjà téléchargés seront toujours accessibles.
Cette solution tombe en désuétude sur les ordinateurs classiques, surtout pour l’utilisation personnelle. Les personnes qui y trouvent encore leur compte sont celles dont la connexion internet est faible. Mais elle connaît un vrai regain sur les machines mobiles et leurs applications. Elle a de plus toujours son utilité dans le cas de petites campagnes publicitaires dans la sphère pro. Ceci dit des outils web peuvent maintenant s’y substituer et certains sont beaucoup plus adaptés même si généralement payants : il s’agit des routeurs mails et des autorépondeurs.
Le webmail se consulte donc uniquement en ligne, via le navigateur web et l’interface du fournisseur mail. Pas de connexion, pas de mail du tout. Par contre un accès depuis n’importe quel ordinateur à condition de connaître ses identifiants. Attention, lorsque vous n’êtes pas sur votre ordi, utilisez la navigation privée pour ne pas faire enregistrer par mégarde vos mots de passe. Certaines personnes utilisent cette solution uniquement sur les autres ordinateurs.
Comme l’interface du webmail dépend du fournisseur mail, il conviendra donc de choisir ce fournisseur en fonction de l’ergonomie de l’interface, de la place de stockage allouée, des fonctionnalités et de la sécurité que cette adresse continue d’être portée.
Attention : si vous utilisez plusieurs modes de consultation (web, logiciel PC, application mobile…) il faudra vérifier que chaque client mail ne supprime pas les messages du serveur, c’est à dire l’endroit où ils sont stockés. Sinon ils e seront plus consultables par les autres moyens !
Attention bis : Outlook crée une confusion. Il existe le logiciel Outlook qui permet de télécharger ses mails sur un PC, et la plateforme de webmail de Microsoft en ligne, qui était hotmail, qui s’appelle maintenant aussi Outlook. Ce n’est pas pratique, notamment quand on cherche une solution sur le web. Pour le logiciel, penses à préciser la version pour avoir une recherche plus précise.
Attention bis bis : sur les appareils nomades (smartphones, tablettes), les webmails proposent souvent un application du même nom que le webmail en lui même. Pour ces appareils donc nous aurons le choix entre :
  • le webmail consultable sur une page web normale
  • le webmail mobile consultable sur cette même page web mais en version mobile (selon les sites la visualisation pourra être automatiquement l’une ou l’autre avec parfois un lien pour changer de visualisation)
  • l’application (client mail) du webmail
  • l’application (client mail)  du système : effectivement, iOS (Apple), Androïde et Windows Phone proposeront leur propre application en plus.
  • une autre application (client mail) indépendante, gratuite ou payante, que tu auras préférée, installée via le store du système (Apple store, Play store, Windows store…)

Les fournisseurs

FAI

La plupart des FAI procurent de base moins une adresse électronique à leurs usagers. Ça ne veut pas dire que tu es obligé de l’utiliser : tu peux en créer d’autres. Je te le recommande d’ailleurs car la plateforme de webmail n’est pas toujours performante (sfrmail) et si tu changes de FAI tu peux, dans certains cas, perdre ton adresse. Même si c’est indirect (rachat, changement de nom wanadoo > orange…).

Comptes associés à un système

Tu sera aussi sans doute amener à créer des adresses mails pour te connecter à des services. Windows pousse très fortement à la création d’une adresse Microsoft : c’est une condition sinequanone pour pouvoir utiliser le Windows store et installer des applications Métro.
Apple à tendance à faire la même chose bien que l’on soit moins contraint.

Fournisseurs gratuits

D’autres sites proposent aussi des adresses gratuites ou payantes. Pour une adresse personnelle, un compte gratuit est largement suffisant. Ils sont nombreux à le faire (la poste, Gmail, Yahoo..) même si la liste s’en réduite ces dernières années.

De plus en plus, pour nous attirer sur leur plateforme, les fournisseurs de mails s’inscrivent dans des superstructures de services, souvent gratuits.

Google est de ceux là : il en propose de très nombreux et utiles qui sont conditionnés par l’ouverture d’un compte Google unique… Et d’une adresse Gmail.
Yahoo propose la même chose mais après avoir fait longtemps concurrence, il est en retard sur les services que propose Google.

Fournisseurs payants

Les adresses payantes vont souvent de paire avec d’autres services, souvent un hébergement (stockage) de site web. Pour ces adresses payantes, le nom de l’entreprise remplace du nom du fournisseur. Cela permet d’ailleurs de reconnaître une adresse perso d’une pro. Ceci dit de plus en plus de petites boites se contentent des services gratuits notamment de Gmail.
À savoir : Google a également des services business payants avec, notamment, des adresses mails avec nom de domaine personnalisable. Il est cependant préférable de réfléchir de façon globale puisque c’est un service qui va souvent de paire avec la nécessité d’un site et qui est fournis avec. Pas besoin de payer deux fois pour un même service, avec la complexification que cela implique.

Une multitude de comptes

Tout cela amène au fait que nous avons souvent plusieurs boites mails, à cause des comptes que nous avons, mais aussi pour les différentes utilisations.

Par exemple : un mail boulot, un mail perso de Gmail, un de Microsoft parce qu’on a pas le choix, et enfin un supplémentaire avec le minimum d’information pour répondre aux annonces dont on est pas sûr : une précaution très judicieuse pour éviter de se faire pirater sa boite mail principale ou usurper son identité.

Ça fait quand même 4 boites mails pour une utilisation normale ! Perso j’en ai plus que ça (9 !).

L’autre avantage d’un client mail est de pouvoir y recevoir les mails de plusieurs comptes différents sans avoir à ouvrir les boîtes une à une. Mais certains webmails le proposent aussi. Perso je fais ça avec Gmail !

Acheminement

En fonction de l’interface par le web mail L’acheminement des mails est régi par plusieurs standards : SMTP est dédié à l’envoi d’un message, POP et IMAP servent à rapatrier des messages pour leur lecture. Ces notions sont bonnes à savoir pour la configuration avancée, la synchronisation et la redirection des comptes mails dont je viens de parler.
Ici une animation de la cité des sciences sur le cheminement du mail.

Conclusion

C’est bien, maintenant on sait où chercher nos Charlies… Non nos mails ! Mais il faut aussi voir comment les rédiger. Simple ? Pas tant en fait. Suite ici !

prev-messagerie1 next-messagerie3

One thought on “Messagerie 2 : où sont mes mails ?

Laisser un commentaire